Douleur abdominale ? et si c’était la vésicule ?

Lorsqu’on parle de douleur abdominale, on pense à l’estomac, au stress, à un ulcère, à de douleur vésiculel’aérophagie, ou tout simplement une crampe du diaphragme… Et si ce n’était rien de tout cela ? Si c’était des calculs dans la vésicule biliaire ?

Mes premières crises sont apparues lors de ma dernière grossesse, il y a trois ans. On pense alors que « c’est bébé », « que les organes ont bougé et qu’ils ont peu de place par rapport à notre état ». Il semble fréquent que les premières crises apparaissent lors d’une grossesse. 20% de la population ont des calculs biliaires.

Puis, quelques mois après la naissance de bébé, on refait une crise de douleur en haut du ventre, quasiment au milieu des seins. Cela est anxiogène, on pense au cœur ? Aucune position ne calme cette douleur qui nous poignarde et devient de plus en plus intense jusqu’à un PIC de douleur.

J’ai consulté, un médecin généraliste à l’époque, qui évoquait une bulle d’air au niveau de l’estomac… whaaa costaud la bulle d’air quand même me dis-je !! Pansement gastrique à prendre mais rien n’y fait… Quelques rendez-vous avec mon ostéopathe, mais on pense au stress, à une crampe musculaire au niveau du  diaphragme…

Le temps passe et je ne trouve aucun élément déclencheur de ces crises qui peuvent survenir aussi bien, le jour que la nuit, avant ou après un repas…. Je demandais même à mon ami Google une piste de réflexion et jamais mes recherches ont abouti à la vésicule biliaire. C’est la raison pour laquelle, je vous écris ce petit article en espérant que cela pourra aider certains d’entre vous.

Comment se déroule une crise de colique hépatique ?

Pour ma part, je sentais la crise arriver, non loin… soit la douleur arrivait jusqu’au pic de douleur, soit cela passait tranquillement. Fréquence variable : tous les 2 mois, tous les 15 jours, plus espacées mais avec des crises sur plusieurs jours….

douleurs-abdominales

La douleur se situait principalement au niveau de l’épigastre (n°2) sur la photo, et durait en moyenne deux heures (de 40 min à 6 heures indiquent certaines sources).

Lorsque la douleur arrivait à son Pic, il m’arrivait de vomir, j’avais l’impression que cela me soulageait un peu. La position semi-assise également, à masser ou compresser le haut de mon ventre et respirer le plus calmement possible. Puis la douleur diminuait petit à petit jusqu’à disparaître et enfin je pouvais me rendormir car j’étais épuisée.

Le plus souvent les crises arrivaient le soir et pouvaient me réveiller en pleine nuit. Aucun aliment ou évènement ont pu être détecté comme élément déclencheur.

A noter tout de fois, que la fièvre ou un ictère (jaunisse) peuvent survenir dans ces cas là, cela devient une urgence signifiant que la vésicule est inflammée.douleur dorsale

Une douleur dorsale du côté droit, voir l’épaule droite peuvent être présente. La pancréatite (inflammation du pancréas) est une complication rare mais parfois gravissime, pouvant nécessiter un séjour en réanimation.

La vésicule biliaire, késako ?

anatomievesicule

La vésicule biliaire est un petit organe faisant parti de l’appareil digestif se situant derrière le foie qui stocke la bile sécrétée par ce dernier. La bile sert à la digestion des aliments en particulier les corps gras ; elle est fabriquée par le foie et déversée dans l’intestin peu après l’estomac par un canal (le canal cholédoque) où se trouve la vésicule biliaire. La bile peut alors sédimenter et donner des calculs. lorsque ces derniers donnent des complications, il n’existe qu’un seul traitement : l’ablation de la vésicule biliaire (la cholecystectomie).

La cholécystectomie

coelioscopieElle est souvent faite par cœlioscopie (opération sous anesthésie générale et avec l’aide d’une caméra et une à quatre incisions allant de 5 à 20 mm, parfois moins). L’intervention dure entre 45 min et 2 heures en fonction de l’état de la vésicule. Avant l’intervention j’ai dû suivre un régime sans graisse stricte pendant 4 semaines, afin d’éviter toute crise, ce qui a fonctionné. Les résultats du bilan hépatique ont même été meilleur et j’ai perdu 3kg500 ;-). J’ai détesté prendre ma douche à la Bétadine la veille et le matin même de l’intervention (cheveux compris).

Bien suivre le traitement anti-douleur afin d’éviter de courir après celle-ci. J’ai eu la chance de pouvoir dormir sur un côté dès la première nuit et bien supporter les tiraillements du ventre mais nous ne sommes pas tous équitable par rapport à cela. Une amie avait encore du mal à marcher après le 4éme jour de l’opération par exemple. Nous pouvons reprendre un régime alimentaire normal mais je préfère y aller prudemment le temps que le canal cholédoque s’élargisse comme m’a expliqué mon chirurgien afin de compenser le rôle de la vésicule biliaire.

Quoiqu’il en soit, de me dire que je n’aurai plus jamais ces douleurs, cela vaut les désagréments de cette intervention… En attendant mon prochain rendez-vous avec le chirurgien (dans un mois), je ne dois pas porter de charge de plus de 5kgs, pas faire de sport, mais marcher le plus souvent possible… Pour les soins post-op, je dois prendre une douche chaque jour au savon de Marseille et sécher au sèche-cheveux, enfin laisser libre sans pansement les fils qui seront retirés dans une semaine.

N’hésitez pas si vous avez des questions, je me ferai un plaisir de vous répondre <3

pluie-d-etoiles

vésicule

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires à propos de “Douleur abdominale ? et si c’était la vésicule ?

  1. ça peut vite devenir un enfer … je connais quelqu’un qui vient d’être opéré … ça va mieux mais avant le diagnostic, mon dieu que c’était difficile ! j’espère que tu iras vite mieux !

Un petit message ?